borgo 1 - Copy
borgo 5
borgo 4
borgo 2
borgo 3

unitÉs de vie familiale ET PARLOIRS

borgo - corse

Programme : création d’unités de vie familiale et de parloirs au Centre de détention de Borgo

Maître d’ouvrage : Ministère de la Justice / DISP Paca Corse

Maître d’œuvre : Synopsys architecture, CGZ architecture, INSE

Shon : 220 m²

Coût : 750.000 € HT

Concours 2015

« Les UVF/PF ont été conçus comme un acte d’insertion et de responsabilisation car, incontestablement, le maintien des liens familiaux pendant la détention constitue l’une des meilleures bases d’une réinsertion ultérieure. La personne détenue joue un rôle actif dans la préparation et le déroulement de la visite. Les conditions matérielles du séjour lui incombent comme dans la vie civile ». Les enjeux d’un tel projet portent avant tout sur le bien-être de l'ensemble de ses utilisateurs. Mais si les UVF/PF sont destinés en premier lieu aux détenus et leur famille, il ne faut pas oublier le personnel qui est le garant de la réussite de ces unités.

Le programme s'implante dans un espace clos surplombé par les cellules du quartier des hommes du centre de détention de Borgo. Le projet doit pouvoir gérer cette proximité et éviter les vis-à-vis, sans renforcer la sensation d'enfermement des détenus.

Le bâtiment tourne donc le dos au quartier des hommes, les patios et les vitrages s'ouvrent uniquement vers l'est et le sud.

« Demander à une personne libre de venir passer un ou deux jours en prison est une démarche particulière ». Pour cela, l'architecture des lieux doit être pensée de manière à ne pas repousser le visiteur ou encore produire chez lui un sentiment d'étouffement ou d'enfermement. Le visiteur qui vient aux UVF ou PF ne vient pas dans une cellule de prison. Depuis le bâtiment d'attente de la famille à l'extérieur du site, un traitement architectural - qui constitue le fil conducteur - accompagne le visiteur jusqu'au cœur du projet.

À son arrivée, le visiteur découvre une façade en béton animée et colorée. Accueilli dans l'espace d'attente - pensé comme un salon -, le visiteur bénéficie d'un espace largement éclairé naturellement (en façade et en toiture par un shed). Considérée comme un virage, la salle annonce le changement entre l'extérieur et l'intérieur. Un grand mur d'expression relie les portes d'entrée et de sortie de cette salle. Nous imaginons ce mur comme un support d'expression où les enfants et les parents peuvent laisser un mot, un dessin, un rendez-vous...

Accompagné vers la circulation centrale, le visiteur se trouve dans un espace large, un hall qui rompt avec la linéarité des milieux carcéraux autour desquels s’articulent les UVF. Cet espace, ressemblant plus à un palier d'immeuble qu'à un couloir, tend à réduire la sensation d'enfermement. Le cheminement est éclairé zénithalement par un skydome de désenfumage et des puits de lumière, le visiteur est ainsi toujours accompagné par la lumière naturelle qui le relie à l'espace extérieur.

Les parloirs familiaux sont en général les lieux d'intimité des couples. Pour ces espaces où le détenu ne partage pas beaucoup de temps avec son conjoint, nous avons imaginé un traitement architectural chaleureux. Les couleurs et les matériaux ont un impact très important sur l'état psychologique des personnes. Les ouvertures vers l’extérieur sont pensées de manière à préserver l'intimité du couple. Éclairé par des ouvertures basses en pied de mur et par des sheds sécurisés en toiture, le parloir familial propose une atmosphère apaisante et confortable.

Une unité de vie familiale n'est pas une cellule annexe où le détenu accueille sa famille, c'est un appartement répondant aux conditions de sécurité pénitentiaire où un père, une mère et leurs enfants se retrouvent pour renouer des liens et pour revivre des moments de partage et d’intimité.

Les contraintes carcérales limitent l'accès à un espace extérieur. Les murs des cours sécurisées ne sont pas pensés comme des murs hauts, mais comme des patios aménagés qui prolongent l'espace intérieur et préservent l'intimité de la famille. Ainsi les murs ne sont plus des obstacles entre le détenu et la nature, mais des supports de la nature et de jeu pour les enfants. Le barreaudage et le grillage ne sont plus des éléments reflétant l'enfermement, mais un support que la végétation occupe.

Notre souci premier pour ces lieux est que les enfants investissent ces espaces et qu'ils ne sentent pas le cadre bâti comme un poids écrasant, mais comme un lieu créant une atmosphère ludique.

CONTACT:

FRANCE:

Tel: +33 -05.61.55.91.64

Email: e.dang@synopsysarchitecture.com

CONTACT US:

36 Quai de Tounis, 31000 Toulouse, France

LIBAN:

Tel: +961 -03.72.21.28

Email: m.julian@synopsysarchitecture.com

Hamra Makdissi Street, Khalil Building